LES AUBES ROUGES Marianne Pradier

Marianne Pradier
LES AUBES ROUGES

Sur une invitation de Laurent Quénéhen
(le commissaire est dans l’escalier, n°1)

L’Art sacré doit-il s’arrêter à la mort de Dieux ?
Au contraire, il est le seul capable de le remplacer, c’est ce qu’il fait depuis le début, en secret, d’ailleurs.

On regarde différemment tout ce qui vient après le sphinx sur la plage de goudron. Les chiens errants ne font plus peur, leur détresse est bien trop évidente. On ne distingue plus les visages de nos semblables. Les astres sont devenus des réverbères de bien mauvaise qualité. On sait qu’il faut rire des échecs de la raisons, des impasses de nos discours, rire au nez du néant. On oublie qu’il faut s’empêcher de moquer les écarquillements ingénus, mais après tout, ce sont eux qui découvriront nos ruines. Je les espère moins menteurs que nous.