Kiarang Alaei, un photographe iranien

Kiarang Alaei, un photographe iranien.

En continuant son mois de la photographie, la Galerie de la Voûte accueillera à partir du 21 Décembre un grand photographe qui vient directement d’Iran pour exposer ses impressions sensibles.
L’exposition se déroulera du 21 au 29 décembre 2016, j’espère que beaucoup de parisiens seront là pour l’accueillir, il est important de soutenir l’étranger qui vient et découvrir les images de ce lointain pays. J’ai tenté de faire une sélection parmi ses nombreuses photographies, mais je m’y suis cassé les dents. Elles sont toutes très douces et puissantes, cadrées avec beaucoup de justesse, une lumière adéquate et que de questions sur ce qui est là : c’est un univers inconnu, si lointain qui me rappelle pourtant des histoires personnelles.
Ces grands-parents et voisins, ces regards sont les siens et pourtant semblent les miens. Ce couple un peu âgé photographié en plongé dans la campagne iranienne, c’est aussi mes grands-parents, cette jeune femme au regard ombré de longs cils noirs, c’est ma voisine de pallier et l’inconnue du métro parisien.
Je crois qu’il n’y a pas de grand artiste qui ne soit pas un humaniste, la photographie est un art essentiel quand celui ou celle qui tient l’appareil voit le monde avec la poésie dans la tête.
Venez constater par vous même, cela vous donnera envie d’aller voir encore plus près. Les ponts unissent et séparent à la fois les rives entre les hommes, tout est très semi-perméable.
Laurent Quénéhen, commissaire de l’exposition

https://www.instagram.com/p/BOP9YkKAE1s/


Kiarang Alaei, an Iranian photographer.
Continuing its month of international photography, the Galerie de la Voûte will welcome as of December 21 a great photographer who comes directly from Iran to expose his sensitive impressions.
The exhibition will run from 21 to December 29, 2016, I hope that many Parisians will be there to greet him, it is important to support the stranger who comes and discover images of this distant country. I tried to make a selection among his many photographs, but I’m broken there teeth. They are all very sweet and powerful, framed with a lot of accuracy, adequate light and that questions about what is there : it’s a universe unknown, so distant that reminds me of personal stories.
These grandparents and neighbours, these looks are his own and yet seem mine. This couple a little old photographed in dipped in the Iranian countryside, it is also my grandparents, this young woman to shaded look of long black eyelashes, is my neighbor to compensate and the unknown of the Paris metro.
I believe that there is no great artist who is not a humanist, photography is an essential art when he or she who holds the camera sees the world with poetry in the head.
Come see for yourself, that will make you want to see even closer. Bridges unite and separate both the banks between men, everything is very semi-permeable.
Laurent Quénéhen, Curator