INTIMENTISSIMA


Paul Armand Gette 0m. Rose FONTIS NYMPHA SACRI SOMNUM NE RUMPE QVIESCO


Godeleine Auger - Tamina Beausoleil - Marie Breger - Enna Chaton - Claudie Dadu - Cristina Essellebée - Farrah Brule - Paul Armand Gette - Cécile Hug - Catherine James - Bianca Lee Vasquez - Anne-Sophie Maignant - Annette Messager - Camille Moravia - Tuula Närhinen - Aline Part - Ghislaine Portalis - Léa Sotton - Elisabeth Verrat - Wenjue Zhan


Vernissage le jeudi 20 septembre de 18h00 à 22h00

• Exposition du 21 septembre au 20 octobre 2018

Il y eu INTIMENTA qui a favorisé les rencontres entre artistes ayant les mêmes préoccupations et maintenant INTIMENTISSIMA car nous (nous c’est à dire les artistes de cette exposition) avons pensé qu’en fonction de l’époque, il était temps de dire clairement ce que nous pensons de ce sujet et de le montrer.

Quelle époque pourriez-vous demander ?

Eh, bien la notre, qui est celle de la montée de la violence et des interdictions qui vont de celles concernant les affiches d’une exposition d’Egon Schiele en Allemagne et en Angleterre à la demande de retrait d’un tableau de Balthus exposé à New York au Moma. Nous aurions pu être plus nombreux, mais il y a entre nous des liens de sympathie et de complicité qui font que nous aimons être ensemble sans constituer un groupe ou un mouvement et si la majorité des artistes sont des femmes c’est sans doute parce que l’intime les concerne plus précisément (voir du côté de l’étymologie !).


Tuula NÄRHINEN - La Déesse de Tuula


Nous aimons aborder le sujet de l’intime en toute liberté, sans nous poser la question de savoir si la société qui se roule dans l’obscénité des guerres sans beaucoup réagir, pourra regarder ce que nous lui montrons. Nous abordons ce sujet avec émotion car il nous touche profondément. La diversité de nos manières de l’approcher montre bien l’étendue d’un sujet qui parcourt l’histoire de l’art depuis les vulves de la grotte Chauvet jusqu’à nous.


Marie BREGER


Un grand merci à la galerie de la Voûte qui nous accueille sans restrictions se distinguant ainsi des institutions qui trop souvent sont incapables de voir ce qui est sous leurs yeux. Souvenons nous de Mondrian qui vécut 17 ans à Paris sans un regard de la part de ceux qui sont pourtant payés pour ça !


Aline PART 07/12/2015


Après Intimenta, voici Intimentissuma où les artistes n’ont eu d’autre souci que celui de vous montrer comment nous ressentions ce sentiment de l’intime à une époque qui se caractérise par sa violence et sa vulgarité. Nous aurions pu être plus nombreux, mais nous avons préféré sauvegarder entre nous une intimité bien réelle (oui ça existe !) et une complicité (ça existe aussi !) qui nous sont chères. Ce sera à vous de dire si nous avons réussi à vous émouvoir. Un grand merci à Thomas JM. qui nous a accueilli dans sa galerie sans restriction ni censure.

Paul Armand Gette

Florilège

Godeleine Auger - Nous nous sommes rencontrés sur une friche et plus tard nous avons partagé un goût certain pour les coquillages.

Tamina Beausoleil - Je ne suis pas prêt d’oublier ce jour où tu as repêché ton petit linge du bout du pied, mais c’est une autre histoire.

Marie Breger - Il fallait bien commencer et comment mieux le faire qu’avec vous qui aimez les fentes permettant l’accès à l’intimité de la terre.

Farrah Brule – Nous avons parlé du dessin et du fil rouge (rouge du sang mensuel) dont les filles marquaient le linge de leur trousseau.

Enna Chaton - Alors toi, tu es le bouquet ! Te demandant si tu voulais bien être Artémis, tu m’offris Le pipi de Diane ce qui était une bien jolie réponse.

Claudie Dadu – Ah qui dira le charme de l’éventail des vapeurs, sinon toi ! J’y ajouterais pourtant volontiers les tentacules du Pouffre.

Cristina Esseliebée – Vous nous offrez une bien charmante manière de traverser le miroir des salles de bains en vous mirant dans le chrome.

Cécile Hug - Quand tu ne t’occupes pas des oreilles, des tétons et des entrejambes je me demande bien à quoi tu passes ton temps !

Catherine James - Le jour où tu es venu me montrer ce que faisaient les deux Catherine, je fus vite convaincu qu’il y était bien question d’intimité !

Bianca Lee Vasquez – Avec vous j’ai découvert la nymphe de la forêt amazonienne !

Anne-Sophie Maignant - J’aime chez vous le goût que vous avez d’écrire Pyracantha à la place qui lui convient le mieux.

Annette Messager - Je me sens avec toi dans un état de sororité qui nous conduit à regarder ce que nous avons envie de voir en dépit de ce que les autres en pensent.

Camille Moravia - Je t’ai connue par tes images et ensuite par tes textes et les deux ne m’ont pas épargnés les émotions.

Tuula Närhinen - C’est au bord de la Baltique que vous m’avez montré votre langue, ce qui était bien intime pour une jeune fille finlandaise.

Aline Part - Vous m’aviez bien étonné avec cette vidéo vous montrant célébrant les jours de lune sur une place de Séville.

Ghislaine Portalis – Je ne te connaissais pas cette passion pour la conchyologie, mais j’apprécie ton sens de l’observation.

Léa Sotton - Vous avez été la complice d’Enna pour faire lever une aurore dont le souvenir n’est pas prêt de s’éteindre.

Elisabeth Verrat – Je me souviens bien, vous étiez assise par terre vêtue d’une lohgue chemise de coton blanc avec une minuscule tache rouge près du col et jephotographiais vos jambes.

Wenjue Zhang - Quand tu as relevé ta robe et que nous avons vu que tu avais des roses entre les jambes, nous n’avons pas douté qu’il s’agissait d’intimité.

Et toi, crient-elles en chœur.

"Moi j’ai peur que vous ne soyez toutes des Artémis, alors je suis inquiet et je redoute le pire" P-A Gette

Galerie de la Voûte
42, rue de la Voûte 75012 - Paris
M°/Tram Porte de Vincennes
galeriedelavoute@gmail.com
Contact galerie : +33(0) 609944960